Etre trop angoissée

La crise de panique se présente comme un état d’anxiété grave et passager dont l’intensité croissante, en général la durée d’une crise de panique est d’environ 10 minutes, entraîne des expériences dramatiques et catastrophiques de sorte que la personne qui la subit craint la mort, une crise cardiaque, la peur de perdre le contrôle ou de devenir folle. Quel que soit l’événement catastrophique redouté, on sait que l’expérience de la crise de panique laisse la personne profondément effrayée, angoissée, terrifiée et, surtout, en proie à l’anxiété et à la peur que l’attaque puisse se reproduire.

Cette peur marque clairement et négativement la qualité de vie de la personne qui, soudainement, se retrouve dans une condition totalement différente de celle à laquelle elle était habituée, où le renoncement, la perte d’autonomie, l’anxiété, la peur de ne plus être normal, la peur de toute sensation qui pourrait lui faire craindre l’arrivée d’une nouvelle attaque, les sentiments dépressifs pour la liberté perdue et la condition dans laquelle elle se trouve. Dans ces cas là il faut vraiment trouver un coach qui vous aidera efficacement ! Lors d’une crise de panique, vous pouvez ressentir les symptômes suivants :

  • L’essoufflement
  • Palpitations
  • Étourdissements ou vertiges
  • Picotements dans les mains ou les pieds
  • Sentiment de constriction ou douleur thoracique
  • Sensation d’étouffement ou de manque d’air
  • Sentiment d’évanouissement
  • Transpiration
  • Tremblements
  • Bouffées de chaleur ou de froid
  • La bouche sèche
  • Nausées ou nœud gastrique
  • Des jambes faibles
  • Une vision floue
  • Tension musculaire
  • Impression de ne pas pouvoir penser clairement ou de ne pas pouvoir parler…
  • Impression que les choses autour ne sont pas réelles
  • La peur de mourir, de perdre le contrôle ou de devenir fou…
    Lors d’une crise de panique grave, la personne peut avoir des réactions différentes selon les conséquences catastrophiques redoutées, par exemple, si la peur concerne la mort, une crise cardiaque ou un évanouissement, la personne peut demander de l’aide (cette attitude explique pourquoi, dans les crises de panique avec agoraphobie, la personne est réticente à quitter les lieux où il est possible, si la crise de panique se produit, de demander de l’aide) ou peut quitter la situation en attendant que les symptômes de panique passent.

D’autres fois, la personne préfère éviter les autres parce qu’elle a honte (ostracisme social) d’être vue dans un état de gêne et de faiblesse. En tout cas, les crises de panique, surtout les premières fois, représentent une expérience angoissante, effrayante, étrange, où la peur de la mort, de pouvoir s’évanouir, de perdre le contrôle ou de devenir fou, terrifie ceux qui en souffrent. Avec le temps, la personne peut “s’habituer” aux symptômes, même si les crises de panique sont toujours vécues comme des événements effrayants, désagréables et douloureux. Souvent, l’accoutumance aux symptômes est contrebalancée par l’anxiété et la crainte que de futures crises de panique puissent être bien pires, voire mortelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code