Ne plus vivre dans la peur

L’interprétation catastrophique de ces symptômes d’anxiété comme étant une crise cardiaque ne fait qu’accroître la menace et donc l’anxiété jusqu’à ce qu’une véritable crise de panique soit déclenchée avec l’idée focale qu’une crise cardiaque est en train de se produire. À ce stade, la personne demandera de l’aide et sera probablement conduite aux urgences où, après les tests habituels, on lui diagnostiquera une “simple” crise de panique. Il est clair que cette personne, surtout dans des contextes similaires (rangées, lieux bondés, etc.), sera naturellement concentrée sur la moindre sensation dans son corps à la recherche de signes qui peuvent anticiper le danger d’une nouvelle crise de panique.

Le paradoxe de ce mécanisme de cercle vicieux est que plus la personne recherche des sensations d’anticipation et plus elle les trouve (focalisation sélective), l’interprétation de ces états internes comme dangereux augmente l’anxiété d’avoir une crise de panique imminente qui, à son tour, accentue les symptômes dans une sorte de prophétie auto-réalisatrice. En conclusion, les personnes présentant certaines caractéristiques telles qu’une émotivité excessive, une tendance à s’inquiéter ou à être anxieuses sont plus vulnérables aux situations de stress et, en particulier, au stress représenté par la peur d’avoir une crise de panique.

Hyperventilation. Nous allons maintenant nous concentrer sur un aspect pertinent de la réponse à l’attaque ou à la fuite en cas de problèmes de panique et d’agoraphobie, à savoir l’hyperventilation ou la respiration excessive. L’hyperventilation aggrave les symptômes en raison des sentiments d’anxiété. Il a été constaté que les personnes qui souffrent de crises de panique avec ou sans agoraphobie ont plus peur de ces symptômes que de la situation qu’elles considèrent comme dangereuse, la peur de la situation ou du lieu est en fait secondaire à la peur d’avoir une crise de panique. L’hyperventilation a la capacité de modifier l’équilibre normal entre l’oxygène et le dioxyde de carbone dans le sang.

L’équilibre entre l’oxygène et le dioxyde de carbone est très important et se maintient principalement grâce au rythme et à la profondeur de la respiration. Le rythme respiratoire adéquat est d’environ 10-14 respirations par minute. Bien que la respiration soit contrôlée automatiquement, elle peut aussi être contrôlée volontairement. Par conséquent, le contrôle volontaire de la respiration dans les états de peur et de stress peut être altéré car il faut plus d’oxygène pour combattre ou échapper à une situation perçue comme dangereuse.

L’effet le plus important de l’hyperventilation est de produire une baisse du dioxyde de carbone et donc une réduction de cet élément proportionnellement à la quantité d’oxygène. Ce déséquilibre entraîne la constriction des vaisseaux sanguins dans certaines zones du corps et du cerveau. Ce déséquilibre a pour effet non seulement de diminuer l’arrivée de sang dans certaines zones du corps, mais aussi de rendre plus difficile la libération de l’oxygène contenu dans ce sang dans les tissus. Cette réduction de l’oxygène due à l’hyperventilation entraîne des symptômes très semblables à ceux des crises de panique :

  • Sentiment de manque d’air
  • Sensation d’étourdissement
  • Sensation d’étourdissement
  • Sentiment d’irréalité et d’étrangeté de son propre corps
  • Sentiment d’irréalité des choses environnantes
  • Sentiment de confusion
  • Tachycardie, le cœur bat plus vite
  • Sensation d’épingles ou de picotements dans les mains, les pieds et le visage
  • Rigidité musculaire
  • Des mains moites
  • Sécheresse de la bouche ou de la gorge

L’un des symptômes les plus pénibles de l’hyperventilation est la sensation de manque d’air. Ce besoin d’air peut amener la personne à respirer encore plus vite, ce qui aggrave la situation. Si l’hyperventilation se poursuit, les symptômes supplémentaires suivants peuvent apparaître :

  • Sensation de constriction, de poids ou de douleurs thoraciques
  • Étourdissements et nausées
  • Sensation de difficulté à respirer
  • Paralysie musculaire
  • Une appréhension et un sentiment d’alarme accrus, au point de craindre que quelque chose de terrible soit sur le point de se produire, par exemple une crise cardiaque, une hémorragie cérébrale ou même la mort.

Vous pouvez voir à quel point les symptômes de l’hyperventilation sont similaires aux crises de panique et combien il est facile de les interpréter.
comme le signe d’une maladie physique grave. Ceux qui les interprètent de cette façon deviennent plus anxieux, l’hyperventilation augmente et les symptômes non seulement persistent mais s’aggravent. Si l’hyperventilation reste contenue, vous n’avez pas de crise de panique mais seulement un état d’appréhension prolongé.

Il est important de souligner que l’hyperventilation fait partie de la réaction d’attaque ou de fuite, elle fait donc partie d’une réaction physiologique normale qui n’est pas dangereuse ; les symptômes associés sont désagréables, gênants et peuvent être effrayants, mais ils ne sont pas nocifs et disparaissent lorsque vous arrêtez l’hyperventilation. Dans la thérapie des crises de panique, le psychothérapeute cognitivo-comportemental peut expliquer ces mécanismes et enseigner aux patients des méthodes de respiration (respiration diaphragmatique) qui visent à annuler les symptômes de l’hyperventilation et à produire un état de relaxation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code